Rechercher sur le site

Pour être tenu informé
de l'actualité en direct !


A la une
Présidentielle 2017 : le député UDI Bertrand Pancher annonce son ralliement à Alain Juppé

"J’ai décidé de soutenir Alain Juppé", annonce à AEF Bertrand Pancher, député UDI de la Meuse et responsable du pôle écologie de son parti, alors que le premier débat entre les candidats à la primaire de la droite et du centre se tient jeudi 13 octobre 2016. "Parmi ceux qui peuvent emporter" cette primaire, Alain Juppé est "celui qui soutient le plus une politique environnementale [ambitieuse]". Son programme environnemental, qui devrait sortir dans les prochaines semaines, est "très cohérent" même si, aux yeux de Bertrand Pancher, il ne va pas assez loin sur les sujets de la fiscalité carbone et de la décentralisation.

 

AEF : Pourquoi soutenir Alain Juppé lors de cette primaire, et non pas, par exemple, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui est la candidate la plus expérimentée sur les questions environnementales ?

Bertrand Pancher : Il y a une très grande proximité entre Nathalie Kosciusko-Morizet et moi. Mais Alain Juppé est, parmi ceux qui peuvent l’emporter, celui qui soutient le plus une politique environnementale [ambitieuse]. Je l’ai vu il y a quelques mois, j’ai vu sa volonté d’avancer sur les sujets environnementaux. C’est le père de la démarche du Grenelle (1). Il m’a paru d’une solidité et d’un recul à toute épreuve. J’ai été séduit. Son programme, qui sortira d’ici une quinzaine de jours, est très cohérent.

 

AEF : Que pensez-vous des autres candidats ?

Bertrand Pancher : Les propos [climatosceptiques] tenus les dernières semaines par Nicolas Sarkozy ne sont même pas commentables tellement ils sont risibles. C’est grotesque, ça le décrédibilise au plus haut point. Quant à François Fillon, son programme contient quelques touches environnementales, une certaine sensibilité.

 

AEF : François Fillon, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy veulent supprimer le principe de précaution. Quelle est votre réaction ?

Bertrand Pancher : Ce n’est pas le cas d’Alain Juppé, en tout cas, je n’ai rien vu en ce sens, cela m’aurait alerté. Je pense que cette proposition découle d’une incompréhension de ce qu’est le principe de précaution. Je ne sais pas si c’est de la paresse intellectuelle ou le goût de marquer l’opinion publique, sûrement un mélange des deux, mais c’est risible : personne ne reviendra sur le principe de précaution.

 

AEF : Qu’est-ce qui vous "séduit" dans le programme d’Alain Juppé précisément ?

Bertrand Pancher : Il est prêt à mettre à plat le système de décision pour impliquer tous les acteurs. Il veut décentraliser. En termes de gouvernance, nous avons évoqué l’idée de faire travailler ensemble l’Ademe, les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité. Nous avons aussi évoqué l’idée de confier des missions plus claires aux collectivités dans la rénovation énergétique. Dans le domaine des transports, nous sommes complètement d’accord sur la nécessité de recentrer la politique sur la mobilité de proximité et l’entretien de l’existant.

 

AEF : Y a-t-il tout de même certains points sur lesquels vous êtes en désaccord ?

Bertrand Pancher : L’UDI et le pôle écologique que je mobilise vont faire des propositions complémentaires pour renforcer quelques axes. Il faudra mettre un peu plus le turbo sur la fiscalité carbone. Alain Juppé insiste beaucoup pour une fiscalité carbone portée au niveau européen, c’est bien. Toutefois, selon moi, la fiscalité carbone ne doit pas être l’un des éléments mais l’élément central de la réforme globale de la fiscalité. La baisse des charges [sociales] devra en partie être financée par une hausse de la taxe carbone, pas seulement par une hausse de la TVA.

 

Nous souhaitons également aller plus loin sur la décentralisation et faire monter en puissance les acteurs locaux. L’État doit s’engager dans une grande décentralisation, transférer les moyens et contrôler les politiques mises en place, pour répondre à la nécessité d’impliquer beaucoup plus tous les acteurs.

 

AEF : Qu’en est-il de votre position et de celle d’Alain Juppé sur la transition énergétique ? Pour quel mix énergétique et électrique plaidez-vous ?

Bertrand Pancher : Sur la question des énergies renouvelables, nous sommes sur la même longueur d’onde, Alain Juppé mettant beaucoup l’accent sur le photovoltaïque, et l’UDI insistant sur l’importance de ne pas oublier l’éolien. En revanche, sur le nucléaire, ce sont des débats qui ne sont pas encore tranchés. Nous faisons simplement le constat que les objectifs de la loi de transition énergétique sont inatteignables.

 

AEF : Qu’en est-il de votre projet de "coalition verte" que vous avez en projet avec Serge Grouard (LR), Jean-Paul Chanteguet (PS) et Aline Archimbaud (Parti écologiste) (lire sur AEF) ?

Bertrand Pancher : Nous devrions publier un manifeste à l’adresse des candidats à l’élection présidentielle en février ou en mars prochain.

 

(1) Il a été le premier ministre de l’Écologie de Nicolas Sarkozy, du 18 mai au 18 juin 2007.




Publié le 11/10/16 - Lien permanent - Rubrique La revue de presse

Archives La revue de presse
>> Vidéo & Audio
19.10.16 - réforme ferroviaire : Application de la loi - Commission du développement durable

 
| Haut de la page | Sommaire | Plan du site | Contact | Dernière modification : 24/10/16 10:00 |