Rechercher sur le site

Pour être tenu informé
de l'actualité en direct !


A la une
20.10.16 - RFI : France: un rapport parlementaire préconise plus d'autonomie pour la SNCF

En France, le rapport parlementaire sur l'application de la réforme ferroviaire lancée en 2014 a été rendu ce mercredi 19 octobre. Cette réforme a été entreprise pour permettre à la SNCF de gagner en compétitivité.
RFI

 En France, le rapport parlementaire sur l'application de la réforme ferroviaire lancée en 2014 a été rendu ce mercredi 19 octobre. Cette réforme a été entreprise pour permettre à la SNCF de gagner en compétitivité. Elle a abouti à la transformation de la compagnie en un groupe intégré avec pour mère la SNCF et deux entités : SNCF Mobilité et SNCF Réseau, une sous-entreprise pour les voyageurs et une autre pour les infrastructures. Si les deux députés auteurs de ce rapport se montrent plutôt satisfaits des efforts entrepris par la SNCF, ils épinglent en revanche clairement l'Etat.

L’Etat français n'a eu de cesse d'investir dans de nouveaux projets, sans pour autant respecter la règle d'or qu'il s'était fixée : pas de nouveaux investissements sans financement bouclé.

« On construit une belle ligne de chemin de fer Perpignan-Figueras en EspagnePour être certains d’attirer les investisseurs, on fonde tout ça sur un trafic donné. On n’est pas aujourd’hui à 20 % de l’objectif de trafic, rappelle l'un des deux rapporteurs, le député Union des démocrates et indépendants (UDI) de la Meuse, Bertrand Pancher. Donc la ligne est extrêmement déficitaire. Personne ne sait comment l’exploiter, et on confie l’exploitation de tout cela à la SNCF qui paiera. Le déficit ne cesse d’augmenter. Un jour il faudra payer les pots cassés. »

Cette dette, c'est la plus grave menace pour l'avenir ferroviaire, selon les deux élus, qui recommandent de transformer SNCF Mobilité en une société anonyme aux capitaux 100 % publics et de donner aux régions les moyens d'investir dans les infrastructures dont elles ont besoin. Et il faut des « moyens financiers, [c'est-à-dire] une part de la taxe sur les carburants, c’est la taxation pour des modes de transports écologiquement soutenables, ou bien une part d’une nouvelle écotaxe ou bien un système de vignettes par région. Cela permettrait aux régions d’acheter directement leur matériel sans passer par un monopole d’exploitation de la SNCF », explique Bertrand Pancher.

L'ouverture du rail à la concurrence aura au final donné un grand coup de pied, peut-être salutaire, dans le fonctionnement du ferroviaire en France.




Publié le 20/10/16 - Lien permanent - Rubrique La revue de presse

Archives La revue de presse
>> Vidéo & Audio
19.10.16 - réforme ferroviaire : Application de la loi - Commission du développement durable

 
| Haut de la page | Sommaire | Plan du site | Contact | Dernière modification : 24/10/16 10:00 |